Marquise

Marquise, après le Château, l’église ?

Un petit retour en arrière au sujet de la démolition du Château Hulleu, situé dans la très belle commune de Marquise.



Comme nous pouvons le constater sur cette photo de drone, il ne reste plus rien de l’édifice et des arbres qui l’entouraient. Le bunker présent dans le parc et qui selon le permis de démolir devait être conservé, reste toujours enfoui sous une épaisse végétation à l’extrémité de la propriété (à l’extrême gauche sur la photo) et pour le moment, aucun avenir pour lui.


Le Château n’est plus, et son terrain tant convoité va permettre l’extension du parc voisin pour en faire un « poumon vert », selon les dires de la mairie (alors pourquoi avoir abattu les arbres de la propriété ?)

La mairie envisage également à cet endroit, la construction d’aires de jeux pour enfants ainsi que la construction d’un skatepark. À ce rythme-là, ce ne sera plus Marquise, mais Luna Park.


Une chose est certaine, la commune a les moyens pour les jeux, mais pas pour l’entretien de son patrimoine. La charmante église, qui faisait écho au château, aurait bien besoin de soins, mais faute de budget, toujours selon la mairie, les grands travaux ne sont pas pour demain.



Si elle est toujours accessible au public et que des messes y sont célébrées régulièrement, la voûte est maintenue par des structures métalliques et les paroissiens prient chaque jour un peu plus afin que le ciel — enfin, la voûte — ne leur tombe pas sur la tête.


Si vous vous rendez sur le site de la commune, vous pourrez constater dans la rubrique « Travaux », qu’à part la consolidation d’un muret de l’édifice, aucun travaux n’ont été entrepris.

Sans doute qu’il est prévu dans les prochaines années, quand la voûte se sera effondrée, que les messes soient célébrées en plein air au cœur du « poumon vert », entre un toboggan et un skatepark.

Lire les articles précédents sur ce sujet :

« Tout va très bien monsieur le Maire de Marquise ! »
« Tout va très bien monsieur le Maire de Marquise ! (suite) »

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à soutenir La Gazette du Patrimoine en cliquant ici.

Tout va très bien monsieur le Maire de Marquise ! (suite)


Suite à notre publication d’hier, un habitant d’une commune voisine s’est rendu sur le chantier de démolition, notamment pour vérifier si les éléments intérieurs de l’édifice avaient été conservés, ou s’ils avaient fini dans les gravats. Les photos sont là pour nous prouver que rien n’a été conservé et qu’en plus de la démolition, nous pouvons constater que des arbres du parc ont été abattus.



Autre étonnement de notre part suite à la lecture du permis de démolir. Le terrain n’est « que » de 3280 m2 et le bunker de la seconde guerre mondiale est conservé. Pour la construction de futurs logements, le terrain « occupé » nous semble bien petit. Il faudra donc être vigilant quant à l’avenir de ce témoin de la guerre, qui par manque de place risque de disparaître.


Enfin, encore une fois, même si cet édifice n’était pas « le château de Versailles », il pouvait renaître à travers le projet hôtelier proposé et devenir un vecteur économique et touristique pour la ville. Mais cette solution simple et efficace n’a pas eu grâce aux yeux des élus locaux qui ont préféré dépenser l’argent public pour le mettre par terre.

Dont acte.

Voici le commentaire de Loïck Bouvier qui s’est rendu sur place :

« Constat visuel le mardi 4 février 2020, 14h, à Marquise, rue de Verdun. 

Analyse visuelle : l'on peut constater la dégradation à certains endroits, au niveau de la toiture, mais pas étonnant si cela n'a pas été entretenu volontairement depuis des années. Le coût de rénovation peut se chiffrer entre quelques milliers d'euros et quelques dizaines de milliers d'euros, pas plus.

Le tas de la charpente, même à distance de plusieurs mètres, montre une bonne qualité de bois, poutres en chêne, bois rouge, magnifique escalier probablement. La supposée maladie semble être la parade facile et semble être un gros mensonge. Les gros blocs de pierres blanches, malheureusement détruits, démontraient une solidité éternelle. Certaines parties extérieures pouvaient être démontées comme l'architecture autour des fenêtres, mais il est plus facile de détruire avec l'engin.

Le lieu est sous surveillance et interdit au public. »



Crédit photographiques: Loïck Bouvier
Lire l’article précédent dans La Gazette du Patrimoine.

Tout va très bien monsieur le Maire de Marquise !

Vous avez été très nombreux à nous alerter, depuis hier, au sujet du triste sort du château de la commune de Marquise dans le Pas-de-Calais. Depuis quelques jours, les pelleteuses font leur sale travail et détruisent l’édifice. Jusque-là, nous pouvons presque tristement appeler ça « scène de la vie quotidienne du patrimoine du XIXe siècle ».

Sauf que, dans ce cas précis, il n’y avait aucune raison que ce patrimoine disparaisse, car au décès de la propriétaire, une jeune femme s’était fait connaître pour le racheter et avait un projet de réhabilitation solide qui assurait l’avenir de l’édifice. La réhabilitation avait été chiffrée à près d’un million cinq cent mille euros, mais cela ne faisait pas peur à la jeune femme.

Extrait de l’article de
La Voix du Nord du 26 octobre 2015 au sujet de son projet :

« Alizée Debou a failli avaler son café de travers. Et pour cause, puisque la jeune entrepreneuse de 28 ans, déjà à la tête du restaurant À l’Opale des caps, ainsi que d’un appart hôtel à Ambleteuse, venait de signer un compromis de vente sur cette propriété de la rue de Verdun quelques jours avant. Avec son père Albert-François, la jeune femme a en effet craqué en août sur cette belle maison bourgeoise du XIXe siècle s’ouvrant sur un charmant parc et un petit bois.

Du moment où elle a glissé un pied dans la propriété, en vente depuis avril dernier suite au décès de Mme Huleu, sa propriétaire, à l’âge de 102 ans, elle a tout de suite vu le potentiel de l’endroit.

Allier tradition et modernité

Dans cette ancienne maison de maître de 600m2, elle imagine à la fois un hôtel de standing sur deux étages, des salles de séminaire et de réception au rez-de-chaussée (notamment pour les mariages). Le tout dans un cadre rénové et restructuré mais gardé dans son jus : beaux plafonds sculptés, parquets anciens, cheminées en marbre, radiateurs de caractère… Plusieurs des chambres ou suites donneraient sur le grand parc arboré qu’Alizée souhaite préserver tel quel, avec son petit bois, ses mares et son potager. Un room service (plateaux-repas de qualité) serait aussi proposé aux clients, préparés par un cuisinier.

Également dans son projet : une résidence hôtelière de 6 à 8 appartements, construits « en bois » sur un des côtés du parc, en retrait du château, et un espace bien-être (Spa…) à aménager dans le blockhaus construit par les Allemands pendant la seconde Guerre mondiale, qui trône au milieu du parc. Enfin, les dépendances situées du côté de la cour d’entrée seraient transformées en appartements loués à l’année.

De lourds travaux de rénovation

Le projet est très ambitieux, surtout quand on voit les travaux nécessaires. Un chantier évalué à 1,5M€. Les intérieurs sont complètement vétustes et les murs et plafonds rongés par l’humidité. Mais cela ne fait visiblement pas peur à notre dynamique entrepreneuse. Pas plus d’ailleurs que la prétendue mérule qui attaquerait le bâtiment. Un rapport d’experts qui vient d’être réalisé établit que le champignon serait circonscrit sur une petite surface dans la cave, dans une structure en bois qui peut être aisément démontée. Reste un problème de taille : la ville de Marquise, qui ne dispose plus de réserves foncières pour réaliser les projets qu’elle souhaite, veut, elle aussi, acquérir la propriété. Elle envisagerait d’ailleurs de démolir l’édifice. Face au risque de préemption, Alizée et son père soulignent les nombreuses qualités de leur projet : la création d’un hôtel -qui plus est de prestige- dans une commune où il n’en existe plus, la création d’emplois, la contribution au tissu économique local et la préservation du patrimoine de la commune. »



Elle a bon dos la mérule ! Toujours le même prétexte fallacieux employé par les élus qui veulent justifier leurs actes de vandalisme à l’encontre du patrimoine de leur commune.

Nous ne pouvons que déplorer la préemption de l’édifice qui l’a conduit à sa démolition aujourd’hui, au nom de la sacro-sainte réserve foncière. Comme il est énoncé dans cet article, un blockhaus de la seconde guerre mondiale se trouve dans le parc et nous ignorons pour le moment quel sort va lui être réservé.

Nous reviendrons un peu plus tard sur ce sujet dans la journée, car un de nos correspondants a accepté de se rendre sur place pour essayer de voir si les éléments architecturaux ont été mis de côté pour être revendu et espérer une seconde vie ailleurs, ou si tout a été broyé.


Une question se pose encore une fois : à l’heure où dans certaines communes on met en place un « permis de louer » afin de décourager les « marchands de sommeil », à quand un permis de préempter pour les Maires, afin d’éviter les communes d’être privées de leur patrimoine et du potentiel économique que celui-ci pourrait engendrer ?

Enfin, il ne faut pas rêver, nous n’en avons pas fini de notre « guerre aux démolisseurs », car si l’État nous fait l’aumône de quelques « mesurettes » pour la sauvegarde du patrimoine, jamais personne ne s’inquiète de cette vague de démolition grandissante. D’ailleurs, ne parlons plus de vague, mais plutôt de tsunami, car il ne se passe pas une journée en ce moment, sans que l’on ne détruise un édifice ou qu’on ne le laisse à l’état d’abandon pour mieux le détruire un peu plus tard.

Lire l’article de
La Voix du Nord du 03/02/20 ici.


Crédits photographiques : La Voix du Nord .