Alençon : « Mensonges et trahisons » : nouvel épisode de votre saga du printemps


Cela pourrait-être le nom d’une saga à l’eau de rose, mais il s’agit plutôt d’un triste épisode du quotidien de bien des édifices menacés de démolition sur l’ensemble du territoire. Cependant, les principaux épisodes se déroulent actuellement à Alençon, dans le département de l’Orne, où le confinement n’a pas l’air d’être un problème pour la municipalité qui profite du « calme » pour déclencher la tempête chez les défenseurs du patrimoine.

Après avoir fait grand bruit, le collectif « les Amis du Vieil Alençon », conduit vaillamment par Jean-David Desforges, s’était vu rassuré par le Maire qui, lors d’un « live » Facebook, avait juré ses grands dieux que les maisons à pans de bois, menacées de démolition, allaient pour le moment être consolidées pour des raisons évidentes de sécurité publique et, qu’en aucun cas, il n’était question de les démolir.

Dans un article du journal
Ouest France, le 16 avril, les propos du maire avaient étés étayés par l’adjoint à l’urbanisme.

En voici le contenu :

"Alençon. Un sursis pour les maisons du Moyen Âge

Début avril 2020, l’association du Vieil Alençon s’est émue de l’éventuelle démolition de plusieurs maisons médiévales, en déshérence depuis longtemps, rue du Château. Il n’en est rien, rassure la municipalité, précisant que de travaux de sécurisation des lieux débuteront lundi 20 avril.

Que se passe-t-il rue du Château ?

Plusieurs maisons situées aux n° 11 et 15 sont en déshérence depuis une vingtaine d’années. Cet abandon est le résultat d’une succession qui n’est jamais allée à son terme. « Ce sont des maisons médiévales, construites sur de petites parcelles caractéristiques du tissu urbain de cette période », indique l’archéologue Jean-Denis Desforges sur son blog « Les amis du vieil Alençon ».

Le 22 janvier 2020, « après des demandes de riverains inquiets du risque d’effondrement », indique Pierre-Marie Lecire, adjoint au maire en charge de l’urbanisme, la ville a fait apposer sur la façade de l’immeuble un arrêté de péril imminent, à l’égard des propriétaires. L’arrêté précise que le maire peut ainsi prescrire « la réparation ou la démolition » de l’édifice compte tenu de son état.

D’où la saisine du tribunal administratif de Caen afin qu’un expert puisse proposer « des mesures de nature à mettre fin à l’imminence du péril ». Pourquoi une pétition en ligne ?

Outre la presse locale, Jean-David Desforges a alerté les sites spécialisés La Tribune de l’art et La Gazette du patrimoine. Et, parallèlement, il a lancé une pétition en ligne qui, du 7 au 15 avril, a recueilli plus de 1 100 signatures et près de 300 commentaires, où il explique que ces maisons à pans de bois « ont une place, une histoire, un rôle à jouer dans notre environnement. Donc ne les démolissons pas ! » Certains s’inquiétaient d’un début de chantier mardi 14 avril, date d’interdiction de circulation dans cette rue.

« Mais il n’a jamais été question de démolition ! » rétorque Pierre-Marie expliquant que la Ville
« travaille en étroite coopération » avec l’Architecte des bâtiments de France (ABF). Fin mars début avril, la collectivité a ainsi mené de nouvelles investigations (constat en nacelle) et des visites des immeubles avoisinants.

Ces études ont montré une complexité forte : bâtiments imbriqués avec dégradations menaçant l’ensemble des immeubles mitoyens en état d’abandon. « L’ABF préconise un renforcement de la structure, pas sa démolition » insiste l’adjoint à l’urbanisme.

Que va-t-il se passer ?

En attendant une solution globale de rénovation des immeubles abandonnés, qui sera élaborée avec tous les partenaires et propriétaires concernés, la Ville va sécuriser les lieux en installant une couverture provisoire en bac acier remplaçant celle sur les avancées du 13-15, côté rue, et en obturant les fenêtres pour conforter la structure.

Ce chantier de 30 000 € (payé par la Ville) sera effectué par l’entreprise de charpente Linea Bois, basée à Écouves, à partir du lundi 20 avril. D’où une déviation mise en place par la rue Bonette.

Dès le mois de mai, la Ville engagera la réflexion sur le devenir de cet îlot « qui n’est pour l’heure concerné par aucune démolition », conclut Pierre-Marie Lecire."


Comme les nouvelles se voulaient rassurantes, nous n’avions pas jugé bon de poursuivre notre communication concernant Alençon, mais hélas l’arrêté affiché sur un des immeubles nous oblige à nous engager à nouveau auprès du collectif des « Amis du Vieil Alençon » car, tout comme eux, nous savons lire et il est clairement affiché sur cet arrêté qu’il s’agit bien d’une démolition et en aucun cas d’une simple consolidation.


La DRAC aurait pu être précieuse dans ce combat en interdisant de démolir ces témoins du passé du Moyen Âge de la ville, mais l’Architecte des Bâtiments de France ne semble pas s’émouvoir de la disparition de ces maisons à pans de bois, au prétexte qu’elles n’ont pas entièrement conservé leur état d’origine. Nous osons demander s’il existe aujourdhui beaucoup de maisons de cette époque, qui sont arrivées jusqu’à nous sans aucune modification. Soyons sérieux. L'argumentaire est pour le moins spécieux.


La Tribune de l’Art a interrogé la DRAC sur cet épineux sujet et, visiblement, aucune demande n’a été faite auprès de leurs services concernant la démolition. Lire l’article ici.
`
Cela fait donc 5 ans que l'on suit le dossier, mais aucune directive n’a été prise en faveur de ces maisons à pans de bois.

Nous nous interrogeons alors quant au rôle de cette administration s’agissant de la protection des édifices dans des secteurs protégés.

Mais peut-être D.R.A.C ne signifie plus : Direction Générale des Affaires Culturelles, mais  « 
Démolitions Régionales Administrativement Concertées ? »

Bien entendu, cette semaine risque d’être celle de la fin de cette « saga » et les pelleteuses y joueront sans doute le premier rôle.

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à soutenir
La Gazette du Patrimoine en cliquant ici.

Crédits photographiques : « Les Amis du Vieil Alençon »